Conférence Head : Ce que les juges attendent des avocats

C’est un moment particulier qui se déroula le mardi 1er décembre 2015 au sein du Tribunal de commerce de Paris : la rencontre animée par Emmanuel Brochier, Associé au sein du Cabinet Darrois Villey Maillot Brochier, avec M. Frank Gentin, Président du Tribunal de Commerce de Paris et M. Renaud Salomon, Vice Président adjoint du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Les conseils de deux grands juges pour une plaidoirie interactive, pertinente et efficace.

La seule fonction de la plaidoirie est d’aider le juge dans sa prise de décision et de le convaincre. En effet, le juge est, de plus en plus, proactif dans le déroulement du procès et, peut ainsi aiguiller les débats vers l’objectif premier qui vise à trancher le litige.

Pour cela la plaidoirie doit être “sobre, courte et concise que l’on plaide seul ou corps présent” (en présence de son client). Elle doit être efficace et considérée comme un business et non comme une pièce de théatre. L’idée est d’éviter la fausse plaidoirie à tout prix, et ce, même en énonçant parfois les points faibles de son dossier. Cela renforcera la crédibilité de l’avocat face au juge.

Sur la forme, voici en résumé les conseils adressés aux avocats : en premier lieu identifier les faits pertinents pour permettre une justice rapide et efficace, garder son calme en tout occasion lors des débats et rester crédible devant le juge dans la défense de son client.

Il importe de souligner que la plaidoirie interactive accentue la nécessité pour l’avocat de connaître parfaitement le dossier dans son intégralité ; il doit être en mesure de pouvoir répondre aux questions et interventions du juge sur le fond de son dossier.

Juges et avocats sont “membres d’une même grande famille judiciaire”. Un avocat, pour mener à bien sa mission d’assistance à la prise de décision par le juge, doit toujours “rechercher la pensée supposée du juge”.

La plaidoirie peut-elle faire changer d’avis un juge ? la réponse est positive. La plaidoirie, selon le Président Gentin, est porteuse d’une valeur ajoutée qui la rend incontournable. Le Président Salomon insiste sur le caractère fondamental de celle-ci même dans la procédure écrite.

La plaidoirie évolue seulement: elle n’est plus le récit complet d’une cause mais un éclairage des points importants de fait ou de droit.

Pas encore de commentaire

Ajouter un commentaire